Menu
Rousseau Centre funéraire - depuis 1927 819 374-6225
Sous-menu
  • Aire de repos du mémorial
  • Columbarium
  • Salle de réception
  • Aire d'accueil
  • Un de nos salons
  • Aire de repos avec foyer
  • Mémorial
Imprimer

Cimetière Forest Hill

Le cimetière Forest Hill de Trois-Rivières est situé sur le boulevard des Forges à Trois-Rivières, voisin du cimetière catholique St-Michel, et face au campus local de I'Université du Québec. 


D'une superficie totale de 400,000 pieds carrés dont le tiers accueille des sépultures, le cimetière fut créé au début des années 1920 pour permettre aux trois congrégations anglophones non-catholiques de ce temps (presbytérienne, méthodiste et anglicane) d’acquérir un nouveau terrain commun où ensevelir leurs défunts. Cette action fut la conséquence des travaux d'agrandissement du Palais de justice au centre-ville de Trois-Rivières, projet qui gruga les terrains des deux anciens cimetières de cette communauté.

 


Un peu d'histoire...

Les premiers anglophones à s'établir à Trois-Rivières dans les années après 1760 furent les soldats de l’armée anglaise et les pourvoyeurs qui en assuraient le ravitaillement non-militaire. Avec eux vint l’Église anglicane, qui s'instaIla dans la chapelle des Récollets (en tant que église St-James) en bordure du fleuve Saint-Laurent dans la rue des Ursulines. En 2011 cette église fut achetée par la ville de Trois-Rivières. L’ancien cimetière anglican était derrière le palais de justice.


Les décennies suivantes virent arriver des anglophones appartenant à d’autres dénominations protestantes. Ces communautés grandirent et finirent par établir leurs propres églises au centre-ville dans les années 1830 et 1840. L'église presbytérienne St-Andrews était située sur la rue Hart, mais fut démolie en 1966 pour faire place au Centre Culturel du nouveau compŀexe de l’hôtel de Ville (la congrégation bâtit une nouvelle église sur la rue Nérée-Beauchemin, et occupa celle-ci jusqu’en 1984). L’église méthodiste, plus modeste, était au 300 rue Bonaventure, et fut occupée jusqu’en 1925, année de la fusion des congrégations presbytériennes et méthodistes (et autres) au niveau national pour former l’Église Unie du Canada. Ce bâtiment existe toujours, et a vu divers occupants au fil des ans. L’ancien cimetière « Union » de ces deux églises était également derrière le palais de justice.


La rénovation du palais de justice dans les années 1920 demanda l’arrêt des nouveaux ensevelissements dans le cimetière anglican, et le déménagement de toutes les sépultures du cimetière Union.


Face à cette demande de la Ville les trois congrégations anglophones formèrent la Compagnie du cimetière Forest Hill, et acquirent le terrain occupé actuellement. Les dirigeants de cette compagnie étaient recrutés parmi les cadres des industries anglophones locales, très nombreuses à cette époque. Les frais d'exploitation du cimetière étaient assumés en grande partie par ces dernières. 


Les changements de la révolution tranquille des années 1960 entraînèrent le remplacement graduel des cadres anglophones par des francophones, ce qui diminua de beaucoup l’importance de la présence anglophone à Trois-Rivières. En même temps la taille des congrégations anglophones diminua, phénomène commun à plusieurs églises chrétiennes traditionnelles en Amérique du nord.


Les monuments du cimetière Forest Hill portent les noms de familles anglophones qui ont grandement contribué au développement économique de Trois-Rivières : les Baptist (moulin à scie, chambre de commerce), McDougall (Canada Iron), Tebbutt (chaussures Tebbutt), pour ne nommer que ceux là. 
En 2012 une entente est intervenue avec le Centre Funéraire Rousseau pour la gestion du cimetière à long terme. 


Maintenant multi confessionnel, le cimetière Forest Hill est ouvert à tous.

 

 

Forest Hill Cemetery

 

The Forest Hill Cemetery in Trois-Rivières is located on des Forges Boulevard, adjacent to the Catholic St-Michel Cemetery, and across the street from the local campus of the Université du Québec.

 

Covering 400,000 ft2, one-third of which is dedicated to tombs, the cemetery was created in the 1920s to permit the three non-catholic anglophone congregations of the time (Presbyterian, Methodist and Anglican) to acquire a new common space in which to bury their dead. This action had become necessary because of the City’s decision to enlarge its Court House, which project encompassed the lots used by the two original cemeteries of this community.

 

A bit of history …

The first anglophone settlers came to Trois-Rivières with the English Army in the years following 1760, either as soldiers or as agents for provisioning the army in non-military supplies. With them came the Anglican church, which took over the Récollet chapel (becoming St-James church) next to the St. Lawrence River on rue des Ursulines. In 2011 this church was bought by the City of Trois-Rivières. The old Anglican cemetery was behind the Court House.

 

During the subsequent decades came other anglophones belonging to other Protestant denominations. These communities grew, and eventually built their own churches in the 1830s and 1840s in the downtown area. The Presbyterian St. Andrews church was on rue Hart, but was torn down in 1966 to clear the way for the Cultural Center of the new City Hall Complex (the congregation built a new church on rue Nérée-Beauchemin, and used that one until 1984). The more modest Methodist church was at 300 rue Bonaventure, and was in use until 1925, the year when the Presbyterian and Methodist churches joined on a country-wide scale to form the United Church of Canada. This building still exists today, and has accommodated a number of different occupants during those years. The old Union Cemetery of these two congregations was also just behind the Court House.

 

The renovation of the Court House in the 1920s required that no new inhumations were permitted in the Anglican cemetery, and that all the tombs of the Union Cemetery be moved to some new location.

 

Faced with this decision by the City administration, the three anglophone congregations formed the Forest Hill Cemetery Company, which bought the lot where the new cemetery now stands. The trustees of this company were drawn from the managers of the many anglophone companies which were operating here in those days. The running costs of the cemetery were covered to a great extent by those same companies.

 

The changes brought by the Quiet Revolution of the 1960s was the gradual replacement of this English-speaking managerial class by French speakers, which of course diminished greatly the importance of the English presence in Trois-Rivières. At the same time the sizes of the anglophone congregations diminished, in step with the reductions common to many traditional Christian churches in North America.

 

The tombstones in the Forest Hill cemetery are witness to these anglophone families which were so important in the economic development of Trois-Rivières : Baptist (saw mills, Chamber of Commerce), McDougall (Canada Iron), and Tebbutt  (Tebbutt Shoes) are just some of them.

 

In 2012 a long-term agreement was reached with the Centre Funéraire Rousseau for managing the cemetery.

 

The Forest Hill cemetery is now multi-confessional, and open to all.